Renégocier son crédit immobilier, une pratique qui se démocratise

Actuellement, le taux moyen des crédits immobilier s’élève pour le mois de mai à 1,75% sur 15 ans, et à 1,95% sur 20 ans. Sur trois ans, on a constaté une baisse supérieure à 150 points de base, ce qui constitue donc une baisse assez importante. Parallèlement, de nombreux particuliers décident de renégocier leur prêt immobilier dans l’optique de pouvoir obtenir un meilleur taux et donc économiser de l’argent. Il est même possible de pouvoir renégocier son crédit plusieurs fois, afin de toujours plus optimiser son taux d’intérêt et faire au final de substantielles économies. Alors que la démarche était marginale il y a encore quelques années, renégocier son crédit est devenu une démarche de plus en plus courante chez les particuliers qui y voient un bon moyen d’optimiser leur prêt.

De plus en plus de demandes

Afin que la renégociation du taux d’intérêt soit avantageuse, il est nécessaire qu’il y ait un écart d’au moins 1% entre l’ancien taux et le nouveau sur une durée d’au moins 10 ans, avec un montant restant à rembourser de 100 000€ minimum. Pour entreprendre cette démarche, vous pouvez passer par un site de courtage qui vous offrira de nombreuses simulations possibles afin de vérifier s’il est possible pour vous de pouvoir faire baisser votre taux d’intérêt. Il faut savoir que les courtiers facturent évidemment des frais qui sont compris entre 5 et 6%, mais cela peut véritablement valoir la peine si vous pouvez obtenir une renégociation intéressante. Vous pouvez aussi vous intéresser aux offres des banques en ligne dont certaines se sont récemment lancées dans le crédit immobilier. Ouvrir un compte en ligne pour faire un crédit immobilier est une démarche de plus en plus courante chez les consommateurs, avec en plus l’avantage d’avoir une carte bancaire en ligne gratuite et des frais de compte courant inexistants ou très bas. La démarche de comparer les offres pour obtenir les meilleurs prix ou une meilleure tarification est une démarche gagnante qui peut se généraliser dans n’importe quel domaine, comme par exemple la mutuelle et la complementaire sante, les livrets d’épargne ou encore les produits boursiers.